Nos détracteurs

 

Il existe une opposition ancienne à la chasse du blaireau qui reposait initialement sur une confusion entre les opérations de destruction et la pratique d'une chasse raisonnée.

 

Durant les années 70 et 80, les populations de meles meles avaient été très drastiquement réduites en raison des larges campagnes de destruction par piégeage et chloropicrine. C'est à cet époque que la communauté des veneurs sous terre, emmenée par Mme Soudée, a milité pour le classement du blaireau en espèce gibier, pour la fin des campagnes d'empoisonnement à la chloropicrine, pour l'instauration d'une fermeture durant la phase de reproduction.

Le blaireau sera classé gibier en 1988. Dès lors, les équipages de veneurs sous terre ont contribué au rétablissement des populations par une pratique régulière des lâchers (la grâce) et un suivi attentif des pressions de chasse.

Désormais, les populations se sont largement reconstituées dans les territoires favorables à l'espèce, soit les trois-quart du territoire français. Le risque est désormais inversé, des populations fortes, des risques de dégâts plus fréquents sont constatés. De plus en plus de préfectures mettent en place des opérations de destruction sur arrêtés préfectoraux.

L'AFEVST a travaillé durant des décennies, avec conviction, pour imposer des bonnes pratiques, fixer des règles, obtenir des engagements des maîtres d'équipage. Une charte de la vènerie sous terre a été mise en place, chaque maître d'équipage s'engage la respecter et la faire respecter. Ces exigences ont reprise dans la réglementation en 2014 et 2019. 

Pour autant, la vènerie sous terre, bien mal connue, mal comprise, reste décriée. L'AFEVST respecte la diversité des opinions et notamment le point de vue philosophique qui consiste à s'opposer à toute forme de chasse.

Dans ce contexte, l’AFEVST propose de passer en revue les principaux arguments utilisés par les détracteurs de la vènerie sous terre en creusant un peu plus loin. Etonnamment, en grattant un peu, les arguments se retournent souvent contre nos détracteurs.

Cliquez pour accéder à l'analyse des 13 arguments les plus courants des opposants à la vènerie sous terre du blaireau.

© Jean MASSON avec Wix.com